Portraits sociaux

 

Epidémiologie

Afin d’adapter au mieux le dispositif parisien de proximité, de territoire et de recours, la CHT s’attache à mieux connaître les populations desservies en termes sociodémographiques et épidémiologiques et ce, grâce au développement de l’outil cartographique. La CHT s’est ainsi dotée d’un dispositif d’épidémiologie en collaboration avec l’Atelier Parisien d’URbanisme et la Direction de l’Action Sociale et de la Santé de la Ville de Paris.

L’étude des déterminants socio-démographiques parisiens est un outil essentiel pour que l’offre de soins réponde aux besoins de la population desservie.

 

L’Etablissement Public de Santé Maison-Blanche couvre les 9e, 10e, 18e, 19e et 20e arrondissements de Paris, soit 741 406 habitants, dont plus d’un sur cinq a moins de 20 ans. A l’exception du 9e, ces arrondissements restent les plus populaires et cosmopolites de la capitale. Plus d’une famille sur 10 est une famille nombreuse (3 enfants ou plus). Malgré une faible proportion de personnes vivant seules (29 %), le pourcentage de personnes divorcées (8 %) et de familles monoparentales (21 %) y dépasse celui observé à Paris. La part des individus sans diplôme y est la plus élevée (17 %) et cette population reste fortement touchée par le chômage et la précarité de l’emploi. Au total, 28 % des habitants vivent en HLM, cette part dépassant les 30 % au sein des 19e et 20e arrondissements.

L’Association de Santé Mentale du 13e arrondissement (ASM 13) couvre 183 260 habitants. Cet arrondissement reste populaire et connaît une forte mixité culturelle. Si les étudiants sont nombreux (14 %), la part des personnes vivant seules (27 %) est plus faible que celle observée pour les autres établissements de la CHT, en partie du fait de la surreprésentation des familles monoparentales au sein de l’arrondissement (21 %). La proportion d’individus sans diplôme reste supérieure à celle observée à Paris. Concernant les conditions de logement, la population couverte par l’ASM 13 se distingue par le plus fort taux d’occupation de logements HLM  (37 %).

Le Centre Hospitalier Sainte-Anne couvre les 5e, 6e, 14e, 15e et 16e arrondissements de Paris dont la population totale s’élève à 653 334 habitants. Ces arrondissements accueillent près d’un tiers de la population parisienne âgée de 65 ans et plus, tout comme une large part d’étudiants (36 %). Seul 7 % de la population est au chômage, tandis que la part des cadres et des professions intellectuelles supérieures y est la plus élevée (48 %), de même que la part des individus ayant un niveau de diplôme supérieur à Bac +2 (un individu sur deux).

Le Groupe Public de Santé Perray-Vaucluse couvre les 268 549 habitants des 7e, 8e et 17e arrondissements de Paris. La part des familles monoparentales y est plus faible que celle observée pour les autres établissements de la CHT (15 %). Comparée à la population parisienne, cette population est également moins touchée par le chômage (8 %) et jouit d’une plus grande stabilité de l’emploi (85 % de la population salariée l’est en CDI). Près d’un individu sur deux a un niveau de diplôme supérieur à Bac +2. Cette population se distingue enfin par une faible part de personnes locataires d’un logement HLM (10 %), excepté au nord du 17e arrondissement, et par une forte proportion d’individus propriétaires de leur logement (39 %).

Les Hôpitaux Saint-Maurice couvrent la population parisienne des 1er, 2e, 3e, 4e, 11e et 12e arrondissements, soit 403 426 habitants. Comparée à celle observée pour les populations couvertes par les autres établissements, la part des jeunes de moins de 20 ans y est particulièrement faible (17 %). Cette population se distingue en effet par une sur-représentation des familles sans enfant (51 %), des individus célibataires (57 %) et des personnes vivant seules (35 %). En revanche, la part des actifs occupés est la plus importante (71 %).

 

Pour la carte densité de médecins psy et recours CHT

Paris compte, en 2014, 2610 médecins psychiatres. La densité de médecins psychiatres est particulièrement faible (moins de 1 psychiatre pour 1 000 habitants) dans les arrondissements de la périphérie nord de la capitale et notamment au sein des 18e, 19e et 20e arrondissements, où elle est inférieure à 0,5‰. A l’inverse, les 4e, 5e, 6e, 9e et 14e arrondissements comptent plus de 2 psychiatres pour 1000 habitants.

Les établissements de la CHT accueillent près d’un parisien sur 40 (25,7 ). Si le recours à un établissement de la CHT concerne moins de 20 habitants sur 1 000 au sein des 2nd et 16e arrondissements, il apparait particulièrement élevé dans les 13e (38,3 ) et 14e (36,1 ‰) arrondissements de Paris. La proximité de l’ASM13 et du centre hospitalier Sainte-Anne pourrait en être une raison, de même que le nombre élevé de places de foyers pour personnes en situation de précarité dans le 13e arrondissement (3909 en 2011).