Bannière du GHT Paris

L’unité douleur du GHT Paris Psychiatrie & Neurosciences

Ouverte il y a 20 ans et dirigé depuis plus de deux ans par le Docteur Elise Fertout-Aharouni, la Structure Douleur Chronique (SDC) du Centre Hospitalier Sainte Anne est spécialisée dans la prise en charge des « Douleurs Neuropathiques Complexes » et dans celle des patients de psychiatrie ayant par ailleurs une possible douleur physique.

L’équipe est composée de deux médecins de la douleur, d’une anesthésiste, d’un neuroradiologue interventionnel, d’un neurochirurgien spécialisé dans la neuromodulation, d’une infirmière ressource douleur par ailleurs hypnothérapeute, d’un kinésithérapeute et d’un psychologue, qui ont tous été formés à la douleur afin de mieux répondre aux besoins des patients.

En 2017, la file active du service a augmenté d’environ 30%. La SDC du CHSA propose par ailleurs, dans le cadre de la prise en charge des patients douloureux chroniques, une consultation d’acupuncture et une d’hypnoanalgésie (insensibilité à la douleur obtenue par l’hypnose), ces deux techniques pouvant être proposées au patient simultanément. La consultation TENS (neurostimulation transcutanée), qui permet au patient une plus grande autonomie dans le traitement de sa douleur par l’utilisation d’un appareil à domicile, vient enrichir l’offre du centre.

Les patients pris en charge sont multiples, mais on en distingue trois grandes catégories. Le Service d’Évaluation et de Traitement de la Douleur accueille des patients souffrant de douleurs neuropathiques (douleurs liées à une atteinte probable ou réelle du système nerveux ou neuromusculaire: picotements, paresthésies, démangeaisons, élancements, brûlures, sensation de froid douloureux…), plus particulièrement les douleurs neuropathiques complexes ou rebelles.

La neurochirurgie de neuromodulation, et l’utilisation de stimulations transcrâniennes répétées (rTMS) font partie des possibilités thérapeutiques proposées en soins courants au CHSA ; Sont aussi pris en charge les patients céphalalgiques : migraines, céphalées de tension, algies vasculaires de la face, névralgies du trijumeau et douleurs neuropathiques atypiques.

Enfin, les patients atteints de troubles psychiatriques diagnostiqués ou non sont adressés à cette équipe afin qu’une évaluation et une prise en charge de leur douleur soit réalisée.

Le Service d’Évaluation et de Traitement de la Douleur contribue également au développement de la collaboration inter-hospitalière ( les médecins du service participent régulièrement à des RCP (réunions de concertation pluridisciplinaire) dans d’autres hôpitaux partenaires), ainsi qu’à l’enseignement avec le projet de création d’un diplôme universitaire. Il s’agit du DU  (« Douleur et Handicap » en partenariat avec l’université Paris Descartes).

En outre, de plus en plus de stagiaires en cours de formation à l’évaluation et au traitement de la douleur effectuent leur stage au sein du Service. Il peut s’agir de médecins qui étudient dans le cadre d’un DU ou d’une Capacité, mais aussi d’élèves infirmiers ou d’infirmiers anesthésistes, d’élèves en chiropraxie ou de kinésithérapeutes..

Enfin, la SDC a pour projet d’ouvrir prochainement deux nouveaux programmes d’éducation thérapeutique : un sur les céphalées et l’autre sur les rachialgies survenant chez des patients opérés ou non.