Le GHT Paris ouvre ses portes pour les journées du patrimoine

– Samedi 16 et dimanche 17 septembre –

A l’occasion des Journées Européennes du Patrimoine plusieurs événements sont organisés au sein des structures du GHT Paris.

CH Sainte-Anne

Visites commentées
Découverte de l’hôpital, de son histoire par le Docteur Martin,  Psychiatre des hôpitaux.
Départ des visites à l’accueil Cabanis : 14h30 et 17h00
Durée : 1h

Conférences
150 ans d’histoire, Stéphane Henry, co‐auteur « L’Hôpital Sainte‐Anne, pionnier de la psychiatrie et des neurosciences » –  15h45 à 16h45.

Jeunesse & psychiatrie/ une perspective historique à Sainte‐Anne – 18h15 à 19h15.

Exposition 150 ans/ 150 métiers
De l’aide‐soignant au neurologue, du brancardier à l’architecte, du menuisier au pédopsychiatre, de l’ergothérapeute au réanimateur, de l’assistant social au responsable logistique, ce sont plus de 150 métiers, certains disparus, d’autres inventés, qui concourent au meilleur soin apporté au patient. Entre les photographies d’équipe d’hier, exposées rue de la santé et les portraits actuels, à découvrir dans nos allées, un trait d’union se dessine entre les hospitaliers. Célèbres ou anonymes, ils incarnent tous l’excellence de la prise en charge Sainte‐Annienne.

Exposition des œuvres de la Collection Sainte‐Anne
L’exposition « Elle était une fois : Acte I, les origines de la CollecƟon Sainte‐Anne » rappellera les prémices de l’histoire de la collection en montrant les œuvres les plus anciennes qui sont en son sein – celles qui furent réalisées entre 1858 et 1949.
Seront exposées tant des œuvres d’artistes qui ont témoigné de la vie asilaire à la fin du XIX° siècle, que des productions spontanées de malades qui se sont progressivement inscrits dans une démarche – et parfois dans une passion – créatrice. Musée MAHHSA, de 14 heures à 19 heures.

Le musée d’Histoire de la Psychiatrie et des Neurosciences
Bâtiment L, 2ème étage
L’association des amis du musée et du centre historique de Sainte‐Anne gère toute la collection de documents et d’objets qui appartiennent au patrimoine scientifique et historique du Centre hospitalier.
Dans le musée, se trouvent les traces de toutes les disciplines médicales exercées autour de la psychiatrie et des maladies du cerveau.

Dimanche 17 septembre – 15h
Événement Exposition « Les patients invitent Reza »

Connaître l’histoire de Reza, c’est obtenir la clef pour mieux comprendre son travail. Né en Iran, il découvre très vite une arme formidable pour défendre la liberté : le journalisme. A l’ère des dictatures – celle du Shah d’abord, du régime islamiste ensuite – il ne fait pas bon être rebelle. Reza connaît la prison, la torture, l’exil. Depuis 1981, date de son départ du pays natal, il habite de ce côté‐ci du monde, celui de l’Occident. Mais régulièrement, il refait sa valise, visse son objectif et repart de l’autre côté, vers ceux qui vivent la lutte et la douleur. En août 2015 Reza expose sur les quais de Seine « Rêve d’Humanité ». Une psychologue au secteur 15 du Ch Sainte‐Anne venue visiter l’exposition lui propose de rencontrer les patients de son service. Reza se montre immédiatement enthousiaste à cette l’idée. De cette belle rencontre est née l’envie d’inviter Reza mais aussi son œuvre, à Sainte‐Anne. Ses photos, exposées en 2015, prennent résidence pour 1 mois, et ce dès les journées du patrimoine, sur le site Cabanis.

EPS Maison Blanche

Exposition   « Enfants bâtisseurs » par le photographe Yve FLATARD,

En septembre 1976 lorsqu’il découvre le terrain d’aventure près de la Place des Fêtes à Paris (19°) Yve Flatard commence tout juste sa carrière professionnelle. Ayant passé son enfance dans une petite ville de province où il bénéficia d’une certaine liberté, le sujet lui a tout de suite paru fondamental pour le développement et la créativité des enfants en milieu urbain.  Dès lors il reviendra au moins 2 fois par semaine sur ce terrain jusqu’à sa fermeture au printemps 1978. Parallèlement il visite d’autres terrains à Paris (2 dans le 20°) et en Île-de-France (Villiers-le-Bel, Massy) jusqu’en 1982.

Durant cette période Yve Flatard publie plusieurs articles dans la presse et créé une première exposition centrée sur les images du terrain de la Place des Fêtes.

Exactement 40 ans après les premières prises de vues sur les terrains d’aventures, cette exposition d’une cinquantaine de photographies évoquent l’ensemble des activités organisées, vécues par les enfants et enregistrées par Yve Flatard de 1976 à 1982.

A l’heure où le développement des villes tend à rechercher, à retrouver un peu plus d’humanité (jardins partagés, auto-production alimentaire, réutilisation ou réemploi de matériaux, création ou réhabilitation d’espaces verts, ressourceries, …) montrer ces images participe à une réflexion globale sur l’espace urbain et sa valeur, mais surtout la place et la valeur des enfants dans la ville.

Cette exposition est organisée avec l’association « Belleville, un esprit de Paris » et l’Etablissement Public de Santé (EPS) Maison Blanche

Maison de la Place des Fêtes (Local ou Jardin potager),  10, rue Augustin Thierry – B55 Bis, 75019 Paris Métro : Place des Fêtes – 10h à 19h

GPS Perray Vaucluse

Visites guidées – Sainte-Geneviève des Bois

Le département de la Seine acquit le 17 et 18 décembre 1863 ce domaine de 125 hectares 24 ares et 21 centiares pour en faire un asile d’aliénés. Sous la direction de l’architecte D. Lebouteux, des bâtiments de type Haussmannien furent érigés de 1865 à 1868 pour recevoir 600 lits adultes hommes et femmes et une ferme.

L’asile de Vaucluse fut inauguré le 23 janvier 1869.

L’établissement fabriquait dans son usine le gaz pour la lumière et les réchauds, l’eau était puisée dans la rivière de l’Orge, l’entretien des bâtiments était assuré par le service des ateliers, la buanderie, la couturière et le tailleur s’occupaient du linge, la ferme produisait viandes, et légumes, la cuisine confectionnait les repas. En 1876 furent ouverts 116 lits pour les colons garçons dans le bas de l’asile.

Les locaux de la ferme furent transformés en 1885 pour pouvoir accueillir 160 colons et un deuxième agrandissement en 1894 pour porter la capacité à 250 lits.

En 1888, une petite ferme est construite pour occuper les colons. En 1889, Vaucluse est le premier asile de la Seine à avoir la lumière électrique. En 1900, l’établissement comptait 423 hommes, 494 femmes, 240 colons et 178 personnels. En 1902, l’établissement reprend possession du moulin (retraite du meunier) et le transforme en meunerie, boulangerie. Le pain sera fabriqué sur place jusqu’en 1963. Les colons et les adultes (en moyenne 30% des patients) travaillent dans les champs, potager et dans l’ensemble des services de l’établissement.

Au fur et à mesure des années, l’établissement construira plusieurs bâtiments pour pouvoir accueillir les patients et par la suite pour l’humanisation des conditions de vie et d’hébergement.

Groupe public de santé Perray Vaucluse, Route Longpont, RER C : arrêt Sainte-Geneviève-des-Bois, ouvert de 14h à 19h.