Bannière du GHT Paris

Humanitude : Un élan nouveau pour l’EHPAD du GPS Perray-Vaucluse

Humanitude : un élan nouveau pour l’EHPAD

Depuis 2014, les équipes de l’EHPAD du Perray se sont engagées dans une démarche innovante et ambitieuse : se former à la philosophie « Humanitude » et mettre en oeuvre ses principes, basés sur une approche émotionnelle et le respect des droits de l’Homme. Autour d’une équipe constituée de Mariame Aw, Infirmière Coordonnatrice, de Bérangère Bellec, Psychologue, Emmanuelle Delplanque, Animatrice, et Odile Lourdel, Assistante Médico-Administrative, ce sont tous les professionnels et résidents qui se sont impliqués dans ce projet.
La méthode « Humanitude » Gineste-Marescotti a été développée depuis une trentaine d’années ; elle est principalement appliquée dans le soin en gériatrie. Elle s’appuie sur quatre « piliers » : le regard, la parole, le toucher et la verticalité, et repose sur une posture professionnelle de bientraitance. Pour l’EHPAD, cette démarche a été initiée de manière globale, pluridisciplinaire et dans la durée. Globale, parce qu’elle a permis de faire évoluer les pratiques dans le soin, mais aussi le cadre de vie, la place du résident, l’ouverture vers l’extérieur.
Pluridisciplinaire car les expériences et les échanges de l’équipe ont concouru à donner vie au projet. Dans la durée car la méthode « Humanitude » a déjà apporté des bénéfices à court terme, mais elle s’inscrit dans le long terme.
Comment le projet a-t-il été mené ?
En janvier 2016, la mise en oeuvre a débuté très concrètement avec des temps d’échange entre les résidents et les professionnels autour des thèmes suivants : le respect du rythme de vie, la restauration, l’animation, le cadre de vie, la toilette. Tous ces thèmes devaient permettre de faire émerger des souhaits, des propositions d’évolution ou d’amélioration. Le dialogue avec les résidents se fait autour d’un « café partage » hebdomadaire animé par la Psychologue et l’Animatrice, avec pour objectif de favoriser l’expression, de pointer le positif comme ce qui peut être amélioré.

En parallèle, il était proposé aux soignants un « jeu de rôle » les incitant à changer de posture et à adopter le point de vue d’un résident. Sur chaque thème, les soignants devaient noter sur une fiche anonyme ce qu’ils souhaiteraient en tant qu’usagers. Les propositions étaient ensuite triées afin de définir lesquelles étaient réalisables à court, moyen ou long terme. Au moment des regards croisés entre résidents et professionnels, des actions ont été retenues, et mises en place rapidement. Ainsi, sur la proposition des résidents, leurs chambres ont été décorées : chacun a pu choisir des affiches. La couleur et la modernité des chambres se sont invitées à l’EHPAD. Les résidents ont pu choisir une couleur de leur choix pour repeindre un pan de mur de leur chambre. Des petits salons ont été aménagés dans les salles à manger avec du mobilier récupéré sur le site. L’implication des soignants dans les activités des résidents s’est renforcée. Ont ainsi été proposés des activités perles, pâtisserie ainsi qu’un atelier esthétique animé par une soignante formée. Les pavillons ont été décorés à l’intérieur et à
l’extérieur (avec l’aide du service horticole). L’atelier poterie, qui existe depuis 10 ans a contribué à embellir l’EHPAD. A cette occasion, des sculptures ont été inaugurées. D’un lieu de soin, l’EHPAD s’est petit à petit transformé en lieu de vie. En mouvement constant, il est passé d’un fonctionnement collectif à la prise en compte des besoins et désirs individuels.
Quel impact sur le soin ?
Remettre le résident au coeur de la prise en charge, c’est aussi faire évoluer les pratiques dans le soin. Le projet a notamment porté sur l’approche des soins et du relationnel, afin de mieux respecter l’intimité, et la volonté de chacun quant à ce moment, de favoriser l’échange entre le résident et le soignant. Une évaluation va être prochainement menée afin de mesurer les évolutions des professionnels dans ce domaine. Un des exemples parmi tant d’autres qui démontre un changement des pratiques professionnelles à l’EHPAD est l’administration des médicaments réalisée en dehors du temps de repas afin que ce lui-ci reste un moment de détente.
Finalement, on peut attendre de ces évolutions une moindre opposition aux soins, qui auront été expliqués et seront donnés dans le respect du rythme de la personne. A plus long terme, une réflexion sur la corrélation entre les prises en soin selon la philosophie Gineste-Marescotti et les prescriptions de neuroleptique pourra être menée.
Et demain ?
Aujourd’hui, tous les professionnels de l’EHPAD ont été formés. Il est nécessaire de poursuivre cette dynamique en accompagnant dans la durée ces évolutions, le fruit des enseignements, le dialogue initié au sein de la structure.
Après un temps d’adaptation au changement, l’adhésion est au rendez-vous. En 2017, de nouveaux thèmes vont être travaillés par les résidents et les équipes, toujours dans l’objectif d’apporter des améliorations à la vie quotidienne. Par exemple, « qu’est-ce qu’un soignant ?, qu’est-ce qu’un résident ? », le temps d’endormissement, en proposant des veillées (tisane, projection de films…), les transmissions entre les équipes de jour et de nuit, etc.
Le projet évolue sans cesse sur du moyen et long terme, avec des idées et propositions qui aboutissent petit à petit. Le groupe ressource maintient ce brin de folie et envisage de trouver un lieu de rencontre ouvert sur l’extérieur proche de l’EHPAD sur le site, afin de permettre plus librement l’expression, la création et le partage.
La formation « Humanitude » aura profondément fait évoluer le projet de l’EHPAD. Il a permis de donner la parole aux résidents, d’instaurer un dialogue entre eux et les professionnels. Il tend à redonner du sens au travail soignant, à porter un regard différent sur les pratiques professionnelles, à donner du temps et de la place à la relation et à l’émotion.

Humanitude – rétrospective et perspectives