Création d’un pôle universitaire d’imagerie post-mortem Paris Descartes.

Michel CADOT, préfet de Police, Jean-Luc CHASSANIOL, directeur du centre hospitalier Sainte-Anne, le professeur DARDEL, président de l’université Paris Descartes, le Professeur FRIEDLANDER, Doyen de la faculté de médecine Paris Descartes, en présence du Professeur LUDES, directeur de l’IML, du Professeur MEDER, Chef du pôle Neuro-Sainte-Anne, du représentant du procureur de la République et des représentants des autorités sanitaires, ont signé ce jour à la préfecture de Police une convention cadre pour la création d’un pôle universitaire d’imagerie postmortem Paris Descartes.
Cette convention vise à renforcer le partenariat mis en place le 24 avril 2015 entre l’institut médico-légal de Paris (IML) et le centre hospitalier Sainte-Anne (CHSA) dans le domaine des examens d’imagerie post-mortem.
L’imagerie post mortem par tomographie répond à un enjeu de santé publique fort, en limitant dans de nombreux cas l’autopsie, et revêt une dimension sociétale majeure en respectant l’intégrité du corps humain. La création d’une structure partagée du service d’imagerie du
Centre hospitalier Sainte-Anne au sein de l’Institut médico-légal permet de répondre aux problématiques éthiques que pose la réalisation de tels examens.
Avec la mise à disposition par le CHSA d’un scanner et de manipulateurs de radiologie au profit de l’IML, cette activité clinique d’imagerie post-mortem commune pourra être réalisée directement dans cet établissement et bénéficiera à l’autorité judiciaire, qui disposera, à travers une approche partagée et pluridisciplinaire, d’un meilleur diagnostic médico-légal.
Ce partenariat est une exception puisque les autres instituts médico-légaux de France sont localisés au sein des CHU. Du fait de la position singulière du Centre Hospitalier Sainte-Anne et de son pôle universitaire Neuro Sainte-Anne, piloté par le Pr Jean-François Meder, un nouveau modèle a dû être inventé. Grâce à ce partenariat, les examens d’imagerie post mortem sur réquisition judiciaire auront lieu directement à l’Institut Médico-Légal grâce au travail important des équipes informatiques et des plateaux techniques qui vont permettre d’y installer le scanner de l’hôpital.
Au niveau médical, ce nouveau cadre facilitera la mise en place d’équipes communes constituées de radiologues, de manipulateurs radio et de médecins légistes, dont la collaboration sera fertile en regards pluridisciplinaires. L’implication des personnels qui
oeuvrent dans des conditions éprouvantes voire dramatiques, comme lors des attentats qui ont frappé Paris, a par ailleurs été unanimement saluée.
Ce partenariat permet également, et c’est un enjeu majeur pour les parties prenantes, de développer de nouveaux axes de travail en matière de recherche et d’enseignement en lien avec l’Université Paris Descartes. L’enseignement de l’imagerie post-mortem sera renforcé au sein de la faculté de médecine Paris – Descartes, au sein notamment d’un Master et, à terme, avec la création d’un diplôme universitaire inexistant en France.
Les axes de recherche à développer, en collaboration avec l’INSERM, sont riches et porteurs d’une ambition forte qui allie les deux disciplines fondatrices de l’hôpital Sainte-Anne que sont la psychiatrie et les neurosciences.